Brigitte Macron Choque le peuple Français avec le montant de sa veste.

Ce dimanche 11 novembre, Brigitte Macron apparaît encore une fois vêtue d’un manteau de la célèbre marque française dont le prix fait hurler les Français.

On connaît maintenant l’attirance de Brigitte Macron pour la marque Louis Vuitton. Le prix du manteau de Brigitte Macron fait le buzz

À l’heure où la France défile en gilet jaune, le prix du manteau de Brigitte Macron, porté lors de la cérémonie commémorative du 11 novembre, fait le buzz. Il faut dire qu’à l’occasion des célébrations du centenaire de l’armistice de la guerre de 14-18, la première dame affiche un look ultra chic. Pantalon et escarpins noirs, écharpe et gants assortis ainsi que le fameux manteau Louis Vuitton, symbole de l’élégance à la française.

Et il fallait au moins ça pour accompagner la marche des 70 chefs d’État sur les Champs-Élysées, invités lors de ce week-end de commémoration. Mais ce petit détail clinquant n’a pas manqué de faire le buzz du côté des internautes puisque le manteau affiche à un prix inadmissible.

Brigitte Macron et Louis Vuitton, une histoire qui dure

Alors, si certains saluent l’élégance de Brigitte Macron, d’autres ne peuvent s’empêcher de pâlir. « Que Brigitte Macron s’achète un manteau et le porte lors d’une commémoration nationale, je n’y vois aucun problème. Par contre que la marque fasse un foutu placement de produit en de telles circonstances, ça c’est scandaleux » peut-on lire en commentaire. Ou encore : « J’ai quand même plus l’impression que Brigitte Macron porte une veste de sécurité qu’un manteau haute-couture ».

Quoi qu’il en soit, la première dame semble particulièrement apprécier la marque puisque qu’elle défile régulièrement habillée en Louis Vuitton de la tête aux pieds (en passant par le sac évidemment). Une habitude qu’elle explique par sa volonté de promouvoir les créateurs français à l’étranger.« J’ai la chance d’avoir rencontré Nicolas Ghesquière, le créateur de Vuitton, qui me comprend et me connaît, dont j’admire la sensibilité et le talent », confiait-elle dans les colonnes du magazine Elle.

Brigitte Macron, femme émancipée : cette petite liberté dont elle ne veut pas être privée

Objet de fascination, Brigitte Macron poursuit son rôle de Première dame, avec le souci de ne plus être trop exposée. L’épouse du président de la République a d’ailleurs ses habitudes pour conserver sa bonne humeur et son entrain…

Ancienne professeure de lettres, elle a appris à s’exprimer devant un auditoire, à soutenir les regards. Mais l’exercice était sans commune mesure avec l’exposition dont il lui faut s’accommoder depuis qu’elle est devenue Première dame de France, en mai 2017. Alors qu’elle a pour obsession de ne pas entraver l’action de son époux, Brigitte Macron doit faire avec la fascination qu’elle inspire, pour le meilleur comme pour le pire. Le moindre de ses gestes est décrypté. Ses rendez-vous les plus secrets ne le restent pas bien longtemps.

Les locataires qui l’ont précédée au 55, rue du Faubourg Saint-Honoré appellent cela « la malédiction de l’Elysée ». Carla Bruni-Sarkozy, pourtant habituée aux photographes, fut soulagée de reprendre ses habits de chanteuse. L’isolement fut catastrophique pour Valérie Trierweiler. Julie Gayet, nouvelle compagne de François Hollande, préféra opter pour l’invisibilité. Contrainte de vivre dans une cage de verre pendant 5 ans, Brigitte Macron, elle, tient à s’accorder quelques échappées libres.

Auteur du livre Les Dames de l’Elysée, à paraître en mai prochain, l’écrivain et journaliste Bertrand Meyer-Stabley détaille dans le dernier numéro de L’Expressle soin que la Première dame apporte à sa condition physique et à celle d’Emmanuel Macron, en s’inspirant notamment d’une petite astuce de Carla Bruni-Sarkozy : « Brigitte Macron fait une heure de vélo d’appartement tous les jours, de la musculation, du tapis de sol. Elle surveille énormément son alimentation. Elle a réclamé un bon ratio de fruits et légumes à la cuisine de l’Elysée. Elle ne menace pas le budget alimentation du palais… » Mais surtout, affirme Bertrand Meyer-Stabley, « elle s’échappe discrètement de l’Elysée pour aller promener son chien, bonnet sur la tête histoire de ne pas se faire remarquer. »

Je prix du manteau 3 600 €

Des sorties avec Nemo, qui a récemment fasciné les jeunes Jacques et Gabriella de Monaco, pour se maintenir en forme, mais aussi pour s’oxygéner avec un peu d’air frais, loin des intrigues politiciennes. Courage. Encore quatre ans…